Partagez | 
 

 Gabriel C. Hile ▬ Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 76
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Gabriel C. Hile ▬ Terminée   Dim 20 Nov - 23:01


Gabriel C. Hile



NOM ▬ Hile.
PRÉNOM ▬ Gabriel Caleb.
ÂGE ▬ 35 ans.

STATUT SOCIAL ▬ Moyen.
NATIONALITÉ ▬ Américain.
ORIENTATION ▬ Bisexuel.

GROUPE ▬ Maître mauvais.
MÉTIER ▬ Fossoyeur.

PARTICULARITÉ ▬ Ses yeux entièrement noirs sont dus à un stupide tatouage fait durant sa jeunesse.

Mentalité
Gabriel n'a plus toute sa tête, ça, c'est sûr. Toute sa vie à fréquenter les morts, à s'occuper des tombes, à vivre dans le silence, c'est peut-être ça qui l'a transformé en ce qu'il est aujourd'hui. Un homme presque détestable, presque méchant, il est même déconnecté de ce monde, toujours la tête en l'air, à observer des entités que lui-même ne peut pas voir. Peut-être qu'il croit encore à ces histoires de fantômes, et ça ne semble pas le déranger plus que ça d'être toujours seul et ce peu importe l'endroit qu'il fréquente.

Il est du genre à errer sans jamais avoir de but même si ça ne se voit pas au premier regard. Il a du mal à se fixer un objectif, complètement entre deux mondes, peinant à garder les pieds sur terre. C'est un grand rêveur mais à propos de quoi ? Excellente question. Il ne parle pas souvent de lui, de toute façon qui voudrait écouter les bêtises d'un fossoyeur, rien ne semble intéressant à ses yeux mais ce n'est pas du tout le cas.

Gabriel est du genre assez distant mais aime espionner, se rapprocher du monde comme il le peut. Cette sorte de barrière entre lui et le monde, c'est lui-même qui l'a érigée mais compte bien la briser tôt ou tard... Sûrement pour le pire. Il est également anxieux, s'inquiétant du moindre détail, vivant dans une peur qu'il ne peut lui-même définir. Mais sa carapace fait qu'il peut se montrer insensible au moindre intempérie même si à l'intérieur c'est tout un festival de sentiments le malmenant tout au long de la journée ; la boule au ventre, c'est son amie depuis de nombreuses années.

Au fond de lui, c'est un grand gamin qui aime jouer avec n'importe quoi. Les hybrides sont d'ailleurs ses jouets favoris... Des êtres vivants ayant le don de la parole et soumis aux hommes, c'est un peu ce dont il a toujours rêvé, ce jouet qu'on pourrait lâcher dans la nature et l'observer évoluer livré à lui-même. Et bien souvent, Gabriel n'éprouve que très rarement de la pitié. Non pas que la souffrance ne le peine pas, mais il n'arrive tout simplement pas à extérioriser une certaine humanité, à croire qu'il souhaite ressembler à ce que les gens voient à première vue : un véritable petit démon cruel et malhonnête qui n'hésite pas à poignarder dans le dos.

Malgré son caractère un peu distant, Gabriel est un homme très agité. Il cherche toujours à faire quelque chose, et ce, même si ça ne lui plait pas. Un rien peut le perturber, un bruit venant de la forêt comme un klaxon, c'est difficile pour lui de rester concentré sur quelque chose plus de cinq minutes. C'est quelqu'un d'assez féroce, qui souhaite toujours avoir le contrôle de tout et qui se montre très dominant dans la plupart des situations qui ont capté son intérêt.

Au fond, il aimerait être un peu plus gentil mais refuse de croire à un quelconque espoir venant de lui. Lui faire confiance n'est pas la meilleure chose à faire mais après c'est aux risques et périls des autres. Il est très pointilleux, cherchant la petite bête du moindre détail, ayant le sens de la beauté et des choses agréables.

Mais il ne faut pas croire qu'il est un ramassis de tous les défauts du monde, non, même s'il ne l'admet pas, l'homme est un minimum humain. Il est appliqué dans son travail, toujours à chercher à s'améliorer, à garder les morts dans leur sommeil paisible. On peut aussi dire qu'il est assez protecteur, refusant de laisser le peu de choses auxquels il tient partir loin de lui. Et qui dit solitaire dit autonome ; il sait parfaitement s'adapter... Enfin il essaye. Il est assez convainquant dans ses paroles, sachant sélectionner les mots, bien parler, caresser dans le sens du poil. Tout ça pour quoi ? Pour obtenir ce qu'il veut. C'est un homme capricieux. Un infâme menteur qui, de par sa persévérance, trouvera toujours un moyen pour parvenir à ses fins.

Et si vous le croyez encore récupérable, autant passer votre chemin. Pourri jusqu'à la moelle, même lui a complètement abandonné le projet de potentiellement changer, d'améliorer sa santé mentale ; il est paranoïaque et cette facette ne cesse de gagner du terrain. Chaque jour passant l'enfonce un peu plus dans ce cercle vicieux sans même qu'il ne s'en rende compte. Il est parfois pris d'hallucinations, n'arrivant pas à distinguer le réel de son imagination. C'est peut-être ça, son problème principal ; celui de ne pas réussir à retomber sur terre.

Mais quand Gabriel sait passer outre ce problème, c'est une toute autre personne ; ses proches croient encore à un retour en arrière. C'est un séducteur, il est imaginatif et presque trop poli. Un homme joueur et jovial si l'on enlève son côté assez malsain et surtout quelqu'un d'original. Il n'y aura certainement pas une autre personne comme lui dans ce monde, ça, c'est sûr.

Concernant ses goûts, disons qu'il ne s'exprime presque pas dessus. Il aime se réfugier dans divers univers qu'il imagine lui-même, il aime dessiner et écrire, c'est d'ailleurs un excellent peintre même s'il n'assume pas ses esquisses et ses planches qui finissent souvent en boule dans la poubelle ou dans une pièce isolée. Il aime tout ce qui est macabre et voue un véritable culte à des choses que personne n'oserait adorer. Il aime également les nuits d'hiver bien au chaud et les journées marquées par une pluie qui ne se termine jamais.

Il adore les créatures de la mer, les chiens et les friandises bien qu'il n'en parle jamais.

Mais ce qu'il n'aime pas, c'est qu'on lui désobéisse. Il déteste qu'on se moque de lui même si ça n'a pas l'air de l'affecter de l'extérieur. Il déteste avoir trop chaud et trop froid, et surtout, il ne faut jamais le réveiller sous peine de le voir entrer dans une colère impossible à calmer.

Des peurs... Ah, qu'il en a beaucoup. Mais la plus flagrante, c'est celle de se retrouver seul dans un endroit glauque... Attendez, ce n'est pas ce qui lui arrive tous les jours ?

Morphologie
Oh, que cet homme est étrange avec son allure. Il est difficile de ne pas le remarquer malgré son physique plus que banal, allez savoir pourquoi, il ne peut pas se cacher parmi la foule tranquillement. Il sort du lot, qu'il le veuille ou non. Il n'est pas le genre de personne à s'occuper de lui, au contraire, il se contente tout simplement du minimum pour avoir l'air présentable bien que la question d'être correct en public lui passe carrément au-dessus de la tête. Il se néglige peut-être trop, gâchant tout son potentiel, mais que voulez-vous.

Du haut de son mètre quatre-vingt cinq et de ses quelques quatre-vint kilos, disons qu'il ne se démarque pas de la foule, pour ne pas dire qu'il est presque trop banal. Il n'est pas non plus très musclé mais il n'est pas mince du tout et celui qui dit ça devrait sérieusement songer à s'acheter des lunettes. Pas très athlétique, mais assez fort pour travailler toute la journée sans vraiment fatiguer.

Mais alors, comment fait-il pour avoir l'air aussi spécial ? Et bien c'est tout simplement car il ressemble à un démon ; un teint blanchâtre, semblable aux morts, au moins personne n'est dépaysé en lui rendant visite. Des marques de tatouages ? Certainement, mais pas aux endroits auxquels tout le monde s'attend : Gabriel n'est pas tatoué sur les bras ou le torse, mais tout simplement dans le haut du dos. Un symbole sans grande signification, un signe cabalistique comme diraient certains, une oeuvre pour d'autres. Ce tatouage est fait d'une encre spéciale : de l'encre phosphorescente, c'est-à-dire qu'il n'est presque pas visible à l’œil nu. Si vous voulez voir toute sa beauté, il faut directement l'exposer à la lumière noire. Une large cicatrice se logeant dans son cou vient également décorer cette peau pâle.

Son visage aux traits bien marqués et à la barbe souvent mal rasée n'est pas vraiment rassurant. Bien trop souvent, un sourire malsain décore sa face, ne laissant paraître rien de chaleureux. Sinon, il possède tout ce qu'un humain normal pourrait avoir : deux yeux, un nez au milieu du visage, deux oreilles légèrement décollées et enfin une tignasse aussi noire que les ailes d'un corbeau qui, étrangement, est peut-être un peu plus entretenue que tout le reste. Des cheveux courts et légèrement rasée derrière la tête parfois peignés, parfois négligés, tout dépendra de son humeur.

Mais le plus important est à venir ; ses yeux. Qu'est-ce qu'ils ont ? C'est ce qui effraie le plus toute personne osant l'approcher. Des petits yeux fatigués, cernés, marqués à tout jamais par l'épuisement et la vieillesse arrivant à petits pas vers lui. Ses yeux pourraient refléter toute son âme mais malheureusement ils font plus souvent faire des cauchemars qu'autre chose ; ses billes sont entièrement noires, opaques, cachant beaucoup de secrets. C'est ce qui fait penser aux autres que Gabriel sort tout droit des enfers, ce qui est totalement faux bien que les doutes planent là-dessus. En regardant de très près, on peut apercevoir la vraie couleur de son iris, aussi sombre que l'encre présente dans ses yeux. Un tatouage permanent, une marque qui aurait pu lui coûter la vue si la séance ne s'était pas merveilleusement passée. Mais qui sait, peut-être qu'il le deviendra bientôt.

Niveau vestimentaire, Gabriel se montre souvent vêtu de noir, représentant la mort, rassurant un peu moins les quelques personnes le fréquentant. Un imper noir sur une chemise blanche bien trop grande pour lui, un pantalon tout aussi sombre et des bottes salies par la terre et l'usure, voilà comment il apparaît lorsqu'il daigne se montrer. Mais le fossoyeur aime au moins une chose : les accessoires. Il ne se séparera jamais de ses nombreuses bagues portées à ses grandes mains et ne laissera personne les lui prendre.

Pour le travail, il s'habille souvent de manière un peu plus colorée, un manteau brun, un simple pantalon bleu marine ainsi que de plus longues bottes noires toutes aussi usées. Bien sûr, ses bagues se trouvent toujours sur ses doigts.

Histoire
Aujourd'hui, sa mère lui dit qu'il est né d'un accident. Mais au début, ce n'était pas du tout le cas ; il était attendu, il était déjà aimé avant même qu'on ne voit son visage. Elle ne l'a jamais rejeté jusqu'à maintenant et tant mieux pour lui.

On pourrait croire à sa gueule qu'il a vécu beaucoup de merdes mais non, il n'était pas ce genre de personne à vivre à la rue, à subvenir à ses besoins en volant. Non, il eut la chance de naître dans une famille assez riche, assez influente sans pour autant être connue de tous. Dans la ville où habitait la famille Hile, ils étaient surtout reconnus pour leurs gadgets loufoques, sortant des normes, amusant la galerie ou effrayant les moins adeptes de ce genre d'objets.

Il fut le premier enfant d'une grande famille ; quelques années plus tard, le voilà à côtoyer divers frères et sœurs. Ils étaient sept sans compter les parents. Une belle et grande famille, chose qu'il aurait aimé ne pas avoir. Il adorait ses frères, il jalousait ses sœurs. Il voulait toujours être le meilleur, le favori, mais il fut éduqué bien plus sévèrement que ses frangins. C'était celui qui devait se tenir toujours droit, montrer l'exemple, ne pas se battre, avoir un métier exemplaire. Et ça, c'est ce qu'il détestait.

Au final, Gabriel n'obéissait jamais. Ses parents pensaient avoir mis au monde un ange, au final, ils se retrouvèrent avec une véritable furie qui refusait toute forme d'autorité. Mais il n'était pas battu, non, sa famille l'aimait beaucoup trop pour le traumatiser ainsi. À son âge, personne ne voudrait montrer l'exemple, être fier d'être le plus grand ; non, il souhaitait des sucreries, des récompenses, s'amuser toute la journée et passer ses nuits à lire des livres sous la couette éclairé d'une simple lampe de poche. Lui, il rêvait d'aventures, il voulait explorer des univers fantastiques. C'était le rêveur et au final c'était un de ses petits frères qui prit la place de "leader de la fratrie". Le second grimpa progressivement dans l'estime des parents qui voyaient en lui celui qui montrerait l'exemple pour de bon, laissant Gabriel dans ses délires sans vraiment s'intéresser à lui.

Et Gabriel se mit à haïr ses parents pour ça : les voir lui tourner le dos, lui refuser ses caprices qui pourtant autrefois étaient satisfaits sans dire un mot, ce fut un véritable choc. Il s'enferma davantage dans son petit monde, grandissant l'esprit ailleurs en permanence. La vie réelle ne lui plaisait pas. Il découvrit de lui même tout ce qu'il n'aurait pas dû savoir à son âge au grand dam de ses parents qui l'ignorèrent de plus belle, préférant s'occuper de leurs enfants ayant un véritable avenir.

Adolescent, Gabriel se fit des amis qu'il n'arrivait plus à quitter. Il adorait faire des bêtises avec eux, rester jusque tard le soir dehors à se chamailler et à séduire tout et n'importe quoi. C'était une belle période de sa vie malgré la pression continuelle de ses parents qui, malgré leur ignorance, continuaient de lui rappeler à quel point les études étaient plus importantes que de stupides amis qui l'auront oublié quelques années plus tard. Les mots étaient durs, certes, mais au fond le petit garçon savait que c'était vrai même s'il ne voulait pas l'admettre.

Et ce petit frère, s'élevant toujours plus haut, réussissant davantage que lui, l'aîné, ça commençait sérieusement à l'agacer. Non pas qu'il voulait se venger en étant meilleur que lui mais à l'adolescence une attention particulière lui aurait été bénéfique. Il se faisait royalement ignorer, seule la petite dernière s'inquiétait à propos de son grand frère. Elle n'était pas si âgée que ça mais elle ressentait quelque chose en lui qui fit qu'elle tentait tant bien que mal de rassurer le plus vieux en lui offrant ses jouets ou ses sucreries, choses dont il n'en avait plus rien à faire.

En grandissant, ses liens avec ses amis se resserrèrent encore un peu plus à tel point qu'ils ne se séparaient plus, finissant leurs dernières années ensembles. Très bientôt, ils allaient être majeurs et ils allaient ainsi pouvoir faire encore plus de conneries et cette fois légalement. La fumette, ça allait encore, mais ils voulaient vraiment s'intéresser à l'alcool, chose que Gabriel n'appréciait pas forcément sans pour autant haïr le goût de la boisson. Il s'était progressivement détaché de sa famille, préférant passer plus de temps avec ses potes qu'avec ses frères et sœurs ; après tout, ils n'en avaient presque rien à faire de lui, alors son absence importait peu.

Gabriel observait ses amis se faire tatouer, percer, il voulait aussi les impressionner mais comment ? Un simple tatouage ne leur aurait pas plu. Il fallait qu'il soit original, c'est alors qu'il se fit tatouer un symbole qu'il avait lui même dessiné dans le dos d'une encre spéciale dont les effets néfastes n'étaient toujours pas connus. Plus tard vint ce fameux tatouage aux yeux, chose qu'il ne regretta pas une seule seconde. Il savait qu'il aurait pu devenir aveugle suite à cela, mais il s'en fichait royalement. Lui qui était toujours autant attiré par ces mondes fantastiques et ces créatures surnaturelles voulait leur ressembler un minimum.

Ainsi, il fut appelé le démon autant par ses proches que par ses amis. Sa famille le rejeta immédiatement mais qu'est-ce qu'il s'en fichait, il faisait ce qu'il voulait et il avait déjà renoncé à tout espoir de plaire à ses parents au moins une fois dans leur misérable vie. Il ne tarda pas à quitter le cocon familial pour aller faire sa vie seul où il pourrait s'épanouir et vivre dans son monde sans qu'on vienne l'embêter.

Jamais il ne prit de nouvelles de sa famille ; le cadet cherchait parfois à parler au téléphone à son grand frère. Il demeura injoignable. Il était bien, seul sans personne pour lui dicter sa vie. Mais il fallait qu'il se trouve un métier, quelque chose qui lui permettrait de ne pas vivre comme un parasite chez ses amis qu'il perdit progressivement de vue à mesure qu'ils partaient faire leur vie de leur côté.

Finalement, Gabriel se retrouva seul sans personne pour l'épauler si ce n'est les quelques membres de la fratrie qui croyaient toujours en lui. Il trouva assez vite un métier au cimetière dont il tomba immédiatement amoureux. Un métier "de rêve" pour lui, un calvaire pour d'autres. Il adorait errer dedans durant de longues heures, protégeant les tombes, faisant en sorte que seul le silence règne en cet havre de paix. Mais la solitude commençait à le ronger et son côté rêveur prenait de plus en plus d'ampleur à tel point qu'il décrochait de plus en plus souvent pour se retrouver là à rêver de ce qu'il voulait.

Il lui fallait sérieusement de la compagnie mais il ne voulait pas se trouver un colocataire ; il voulait un jouet, quelque chose qui lui obéirait au doigt et à l’œil et qui ne gronderait pas à propos de ses caprices et de ses habitudes. Toute sa vie il avait baigné dans cette histoire d'hybrides, ces hommes au physique particulier apparus on ne sait trop comment. Ses parents n'avaient jamais voulu s'en procurer un, peut-être qu'ils souhaitaient préserver la fratrie de ces créatures, il n'en savait rien. Un hybride qui n'allait pas lui coûter spécialement cher mais qui pourrait l'occuper tous les jours en rentrant. Qui lui serait fidèle... Avec qui il pourrait jouer.

Il ne tarda pas à s'en procurer un ; un hybride robuste qu'il n'hésita pas à briser juste pour le plaisir de voir ses réactions. Lui qui pensait pouvoir se prélasser s'était totalement trompé. Il était forcé de s'occuper de la baraque du fossoyeur, il craignait toujours les représailles et ne voulait pas s'enfuir de peur qu'il retrouve sa trace quelques jours plus tard. Gabriel, lui, s'amusait bien ; il avait retrouvé une certaine joie de vivre assez malsaine. Au moins, il s'amusait, il savait récompenser les bons comportements de son hybride. Il l'emmena même à River Town, cette ville où il allait sûrement passer le reste de sa vie.

Bien sûr, il ne tarda pas à continuer son métier de fossoyeur au cimetière de la ville, aimant ce travail. Il apprécia davantage l'endroit, bien plus grand, bien plus fleuri que celui de son ancien village. Son hybride semblait rassuré puisque Gabriel s'était calmé suite au déménagement. Il semblait... Beaucoup plus calme. Trop passif, trop indifférent, c'en était effrayant. Le jouet se faisait peur tout seul, la simple présence de son maître le terrifiant ; il en faisait des cauchemars, il avait peur que tout recommence.

« Veux-tu goûter à la liberté ?
- De quoi parlez vous maître ? »

Gabriel se mit à rire. Oh que oui, il voulait savoir ce que ça faisait d'être libre, de vivre livré à lui-même. Cela se voyait dans ses yeux, il avait décelé dans son regard une certaine volonté de fuir, et ce, depuis bien longtemps. Alors il voulait lui faire ce cadeau, le libérer. N'était-ce pas la une preuve d'une bonté sans limites ?

« C'est bientôt ton anniversaire et je veux te faire ce présent.
- Je ne pourrais pas vivre sans vous... »

Le fossoyeur haussa les sourcils. Il venait de refuser son cadeau, ce qui le mit hors de lui. Durant de longs jours, il n'hésita pas à lui faire comprendre qu'il le jettera dehors tôt ou tard. L'hybride, lui, voulait se faire pardonner. Il redoubla d'efforts, la boule au ventre, mais son destin était déjà scellé.

Un jour, il se retrouva seul, sans personne pour l'aider. Il aurait pu se rendre directement à la boutique mais Gabriel l'avait menacé de le tuer s'il le faisait - ce qu'il ne ferait jamais, bien sûr ; il restait un homme un minimum civilisé qui savait respecter la loi. L'hybride fuyait, abandonné volontairement par son maître. Et lui l'observait, il savait où il pouvait potentiellement se cacher. De loin, il l'observait vivre, le sourire aux lèvres. Comme c'était intéressant de voir un docile évoluer dans un monde qu'il n'a jamais connu. Et bien sûr, il était maintenant recherché par les chasseurs qui ne tardèrent pas à retrouver sa trace. Gabriel n'en entendit ensuite plus parler. Mais il pouvait entendre comme une petite voix lui murmurer vengeance, ce mot fort faisant frissonner son corps glacé.

Et cette petite voix finit par s'éteindre mais cette boule au ventre demeura ancrée pour encore de longs jours. Plus le temps passait, plus il commençait à perdre la tête. Il ne s'était jamais procuré de nouvel hybride. Pourquoi ? Pour se préserver. Quand ses rares amis lui demandèrent ce qu'il s'était passé avec son ancien hybride, il raconta qu'il avait tenté de le rendre fou... Ce qui était complètement faux, bien-sûr. Ah, s'ils savaient ce qui lui était vraiment arrivé... Mais les rumeurs courent et certaines s'avèrent vraies.

DERRIÈRE L'ECRAN
PSEUDO ▬ Malo
VOTRE CHEMIN ▬ 8D
AVATAR CHOISI ▬ The Outsider - Dishonored
PETIT MOT ? ▬ ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Gabriel C. Hile ▬ Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
God Loves Joke :: Administration :: Présentations :: Fiches validées :: Les maîtres-